Comment bien choisir son assurance multirisque habitation ?

Obligatoire en France, l’assurance multirisque habitation, appelée aussi contrat MRH, permet de couvrir une habitation et son contenu. Elle procure également une assurance responsabilité civile à ses occupants.

Les contrats du marché, qu’ils soient proposés par un assureur ou par votre banquier, offrent à peu près tous les mêmes garanties de base. Les principales différences ? Le choix des options et le niveau des franchises. Voici quelques astuces pour bien choisir votre assurance habitation.

Pourquoi l’assurance de mon logement est obligatoire ?

Les contrats multirisques habitation (MRH) offrent des garanties complètes, dont certaines sont obligatoires :

  • La garantie « Responsabilité civile vie privée » est systématiquement incluse dans les contrats MRH. Elle est nécessaire pour vous couvrir en cas de dommages causés à des tiers par vous-même, par toute personne résidant à votre domicile (époux(se), enfants, parent à charge, garde d’enfants…) ou par vos animaux et qui ont des conséquences pécuniaires.
  • En tant que co-propriétaire, vous devez également vous assurer pour garantir votre responsabilité personnelle envers les voisins et les tiers et envers la co-propriété. Cette garantie couvre les dommages dus à un incendie, une explosion, un dégât des eaux, un défaut d’entretien, dont l’origine se situe dans votre habitation. Si vous emménagez dans une maison indépendante, non mitoyenne, cette garantie est inutile.

A noter que ces garanties obligatoires ne couvrent pas votre mobilier, mais uniquement votre responsabilité civile.

Le mobilier, lui, est couvert par des garanties dommage qui figurent au contrat, qui ne sont pas obligatoires au sens de la loi, mais néanmoins nécessaires pour garantir tous vos biens en cas de sinistre.

Choisissez bien vos garanties pour protéger votre mobilier

Pour assurer vos biens, vous pouvez choisir une formule de base, comportant une protection contre l’incendie, le dégât des eaux, les tempêtes et les catastrophes naturelles.

Cela est souvent suffisant sauf si vous avez une maison ou beaucoup de mobilier. Une couverture plus étendue peut alors être nécessaire. Il est conseillé d’y ajouter :

    la garantie vol et vandalisme, si votre logement se trouve dans une zone isolée, s’il y a beaucoup de vols dans la ville ou si vous avez des objets de valeur,

    le bris de glaces, si vous possédez une véranda ou une loggia en verre,

    la garantie accidents électriques pour assurer votre électroménager ou vos appareils électriques.

    Et bien sur, avant de signer, regardez si toutes les options qu’on vous propose sont utiles.

    Vérifiez le montant des capitaux assurés

    Vous devez recenser l’ensemble de vos biens : meubles, vêtements, linge, électroménager, les appareils électriques, matériels informatiques… et en faire une évaluation chiffrée (ni surévaluation, ni sous-évaluation). Précisez également la valeur de vos objets précieux.

    C’est ce montant qui déterminera la prime de votre contrat d’assurance. Il est recommandé de revoir ce montant tous les 2 à 3 ans, soit à la hausse si vous avez acquis du mobilier, soit à la baisse si votre équipement a perdu de la valeur. Nous vous conseillons également de numériser vos factures si vous le pouvez.

    Choisissez vos niveaux de remboursement

    Lors d’un remboursement, en cas de sinistre, la franchise figurant au contrat restera à votre charge après l’indemnisation de votre assureur. Vous avez généralement le choix entre plusieurs niveaux de franchise, mais sachez que plus celle-ci est basse, plus votre cotisation d’assurance sera élevée.

    Par ailleurs, vous pouvez également choisir le mode d’indemnisation en cas de sinistre :

    • vous pouvez être remboursé à la valeur d’usage : l’indemnité correspond à la valeur du bien sinistré, déduction faite d’un taux d’usure ou de vétusté.
    • vous pouvez également choisir une indemnisation plus favorable en valeur à neuf ou rééquipement à neuf, sans déduction de la vétusté, mais moyennant une cotisation supplémentaire.

    Ce qu’il faut savoir sur le tarif

    Le montant de la prime dépend :

    du montant des capitaux déclarés
    du montant de la franchise
    du mode d’indemnisation choisi.
    Votre prime sera révisée chaque année en fonction de la variation de l’indice figurant au contrat. Des hausses peuvent également intervenir si l’assureur doit faire face à une sinistralité importante dans le domaine de l’assurance habitation.

    Nos 4 conseils pour bien choisir son assurance multirisque habitation

    1/ Ne souscrivez pas forcément le contrat le moins cher, vérifiez les garanties.

    2/ Payez votre prime en une fois chaque année fait faire des économies (5 à 10 %) par rapport au paiement mensuel ou trimestriel.

    3/ Certaines banques, à l’occasion d’un prêt vous font des propositions alléchantes, voire vous offrent la première prime, mais ne vous laissez tenter que si vous jugez les garanties suffisantes pour couvrir vos biens et si vous connaissez la prime de l’année suivante.

    4/ N’hésitez pas à aller sur internet pour faire une simulation, via un comparateur d’assurance et pour obtenir un devis gratuit.

    Les précausions à prendre si vous avez souscrit une garantie vol

    Généralement les assureurs exigent certains moyens de protection pour accorder la garantie vol. Vous devez équiper votre porte d’entrée de deux serrures de sureté et équiper les fenêtres facilement accessibles au rez-de-chaussée ou au premier étage par des volets, des grilles ou des barreaux.

    Ces moyens de protection doivent être mis en place en cas d’absence prolongée, de plus de 12 heures ou pendant la nuit.

    Si vous possédez des objets de valeur, une protection supplémentaire peut être demandée (blindage de porte, installation d’une alarme…). A noter que certains contrats cessent d’accorder la garantie vol en cas d’absence prolongée ou répétée, de 30 à 90 jours dans une même année, selon les contrats (se reporter à la clause d’inhabitation dans le contrat).